20/06/2011

Tu me Ferry(r), Luc...

Précieux lecteur cher à mon cœur, affidée lecteuse aux larmes de golfeuse,

 

Dans cette note : du philosophe argenté. Un peu comme le renard du même nom, tu verras que ça coûte cher… (1)
Rien de moins.

 

C’est pas pour me vanter, mais ils sont forts, nos dirigeants.

Prenons un exemple au hasard.
Disons... un ancien ministre de l’Education, lequel en manquerait tellement qu’il ferait un caprice afin qu’on le paye pour des cours qu’il n’aurait pas dispensés, parce que lui le serait, justement.

Oui, je sais, cette phrase est à tiroirs.

 

Luc Ferry.
Luc Ferry prend l’eau de toutes parts.

Déjà, ça, ce n’est pas normal pour un Ferry, c’est même mauvais signe : je ne prétends nullement m’y connaître, ni en transports maritimes de passagers et de fret, ni en matière pélagique en général... mais j’ai l’intuition chevillée au corps que quand tu es dans un bateau, et que l’eau t’arrive à la taille, il convient de commencer à réfléchir à une solution alternative pour arriver à destination.

Bref : Luc ferry prend l’eau, mais surtout, il prend l’eau-seille de toutes parts.

Mais attention, hein : qu’on ne vienne pas dire que c’est immérité.
Ca, ça l’agace terriblement, notre Luc préféré.

Tu n'as qu’à voir comme il travaille d’arrache-pied : pour le consoler de la perte de sa solde de ministre (ou était-ce pour le consoler de la perte du poste dans lequel il a particulièrement été brillant - rappelons son palmarès : décentralisation de 100 000 personnels non enseignants aux collectivités territoriales), on lui a confié la direction d’un groupe de travail.

"Groupe de Travail", en politique, ça veut dire que la personne a été trop exposée pour que ceux qui restent puissent s’en débarrasser directement.
Elle mérite donc un purgatoire, un hochet financé par nos impôts qui sera sa transition entre la vie publique et le retour à une existence plus anonyme.

Des aspects aussi essentiels que
- "Comité consultatif national d’éthique" (Luc Ferry)
- "Les sans-papiers" (Arno Klarsfeld... le titre de la commission était volontairement  court, sinon Arno aurait été capable de ne pas le retenir)
- "Commission pour la Libération de la Croissance" (Jacques Attali... souviens-toi : 316 propositions et Ray-Ban des Bois qui jure qu'il va toutes les suivre et les mettre en place...)(c'est si bon de rire, parfois)

Mais bon, ce pourrait tout aussi bien être "L’influence du craquant de la peau de la saucisse de Morteaux sur le cours du Brent de la mer du Nord", ou "Comité d’étude sur les causalités entre la possession d’un nain de jardin et la récidive des infractions à la législation sur les stupéfiants".

Ce ne sont que des groupes de dilettante où le seul travail effectué consiste à trouver quel meuble caler avec les rapports qu’ils (les groupes) pourraient éventuellement produire.

Et donc, fort de cette réflexion sur l’éthique -c'est important, l'éthique, surtout pour une personnalité publique Luc Ferry va rembourser son salaire (4 500€ nets mensuels, quand même) à l’université dans laquelle il n’a pas donné cours.
Normal puisque malgré les relances du président de la faculté, il a toujours séché ses cours, sans doute pour aller jouer au baby-foot à la cafète.

Enfin... il va presque rembourser : finalement, comme il a chougné à la bonne porte, c’est Matignon qui va raquer.

Matignon, c'est-à-dire ton argent et mon argent, pour peu que, comme moi, tu aies la chance de payer des impôts (2).

2011-06%20Ferry%20et%20savoir-vivre.jpg
Ferry qui veut nous apprendre à vivre ?
Ca me fait trop penser à cette magnifique citation.

 

 

 

Ils s’appellent comment, les citoyens qui campent à Bastille ?
Ah, oui, Les Indignés... sans doute pour faire échos aux indignes qui nous gouvernent...

 

Humeur du jour : après des tests scientifiquement menés, il semblerait que le téléphone Samsung rebondisse très mal. Et regimbe, par la suite, à fonctionner à nouveau. Capricieux comme un ancien ministre, donc.
Zik : comme j'ai envie de partir... Kassav, encore !! (un cours de Zouk, c'est gratuit, c'est cadeau, comme un cours de Luc Ferry)
Conclusion : Jah Love, natürlich!

Et demain ? : demain, l'UMP et le fichage des votants PS.

 

 

(1) Je ne sais pas si c'est cher, mais pour la Benichoo's Cup, nous partirons du principe que c'est le cas, si ça ne t'embête pas.
(2) Il me semble l'avoir déjà raconté, mais, lors de mon émancipation, j'étais content de recevoir une note de non-imposition, quand mon Grand-Père m'a fait remarquer qu'il était toujours mieux d'en payer, ça prouvait qu'on gagnait suffisamment sa vie. Pas faux.

11/05/2011

Supprimer l'ISF, c'est i2*

*ou comment faire un titre crypto-mathématique qui se la pète, même à la Benichoo's Cup.

 

Précieux lecteur cher à mon coeur, choucroutée lecteuse qui se sent drôlement matheuse, 

 

Dans cette note : la démonstration mathématico-politique de la disparition de l'ISF.
Rien de moins.

 

N'étant pas encore amnésique, j'ai quelques souvenirs de mes années de lycée.
Outre les bêtises que je ne peux pas raconter ici parce que ma fille me lit (désolé, mais pour le coup des souris, il va falloir attendre encore un peu, Mxu), j'étais un bon élève.
Dissipé, peu enclin à la discipline, mais bons résultats partout

Partout... sauf en SVT et en dessin/techno, et ce, pour des raisons concordantes : je ne suis pas fichu de faire un dessin correctement, et j'ai des problèmes avec la symétrie (faire une homothétie correcte doit m'arriver à chaque fois que Frédéric Lefebvre a un propos nuancé, c'est dire). 

Tout ça pour me la péter : j'étais bon élève
Quand on m'a dit que "moins pas moins, ça fait plus", j'ai dit "ok", parce que j'étais -déjà- peu critique et pas contrariant. 
"En conséquence, un nombre au carré ne peut pas être négatif",  a-t-on ajouté. Moi, j'ai acquiescé, c'était logique.
Et je l'ai retenu comme une règle absolue et intangible.
Ce que c'était.

Alors, quand on m'a présenté "soit i, le nombre imaginaire tel que son carré est égal à -1", j'ai dit "non, cépapossil, piske c un k-ré" (à cette époque, j'étais jeune, et obligé de parler en SMS, puisque le téléphone portatif n'avait pas encore été inventé, je ne pouvais pas en écrire).

Un nombre au carré qui serait négatif ?
Aussi incongru que l'entrée de Franck Ribéry à l'Académie Française.
Et pourquoi pas Estrosi Ministre ? (Ha ? Vraiment ? Nooooooon....) 

Et j'ai laissé tomber les mathématiques à jamais. 
Ce n'est que quelques années plus tard qu'un ami m'a expliqué l'utilité du nombre imaginaire : on l'introduit dans une équation pour se simplifier le travail, et on le retire quand on n'en a plus besoin.

Même si t'es pas matheux(se), tu retiens juste l'astuce : on introduit un concept qu'on sait qu'on va retirer, juste pour résoudre l'équation et se simplifier la tâche.
OK ?  

 

Et maintenant, décodons (à plein tubes), si tu le veux bien : 

En 2007, notre Petit Chambellan de l'Elysée veut supprimer l'Impôt sur la Fortune.
Oui, mais voilà, c'est une manoeuvre trop grossière en faveur des riches, le peuple risque de se rendre compte... on ne peut pas, soulignent les conseillers 

Alors, pour que Johnny et Richard Gasquet* lâchent l'Appenzeller et reviennent au Brie de Meaux, Ray-Ban des Bois© invente le "Bouclier Fiscal" : les riches, il faut les protéger, les pauvres ! (oui, je ne suis pas à un oxymore près)

Donc paf ! Le chien, d'une part, et le bouclier fiscal,d 'autre part. 

rich_poor.jpg

... et on dit que les riches ne donnent pas... n'importe quoi !!! 

 

On laisse passer un peu de temps. 
Disons... 3 années complètes, histoire que les gens s'offusquent mais s'habituent cependant au concept.

Et puis, à un an de l'élection présidentielle, on tente la martingale : "j'ai bien entendu les critiques que les gueux se permettent de faire sur la situation fiscale de mes amis protégés. Ces salauds de pauvres, non contents d'être moches, sont en plus jaloux... je vais les satisfaire"

1. J'engrosse Carla pour montrer que moi aussi, j'ai besoin des allocations familiales ;
2. Je supprime le bouclier fiscal tant honni MAIS j'en profite pour annoncer sans dommage la contrepartie : on va alléger l'Impôt Sur la Fortune


T'as vu ? C'est exactement comme "i au carré = -1"... le bouclier fiscal, c'est un terme qu'on introduit dans l'équation juste pour pouvoir le retirer au moment opportun, quand on n'en a plus besoin.

J'ai un peu l'impression que nous aussi, on est introduit, dans l'affaire... mais t'inquiète : ils vont faire comme pour les 35 heures, par petit bout, pour continuer à se plaindre.

2011-05-11%20Carla%20avec%20la%20bite.jpg

Plus fort que la disparition de l'ISF...
avec mon périnée en béton, je peux soulever Carla !


 

*Johnny, Richard Gasquet... et on se plaint que la vie intellectuelle française ne soit plus vivace ! Forcément, tous nos penseurs sont en Suisse... ils suivent les traces de Voltaire...

 

Humeur du jour : aucune. Ouais.
Zik : Dandy Warhols galore depuis ce matin... du jouissif Bohemian Like You au trop kiffant We Used To Be Friends... sans oublier la découverte du jour : HELLS BELLS
Conclusion : tu veux que j'introduise du Jah Love dans ton équation ???? Je ne vois pas de quoi tu parles... 

Et demain ? : demain, je te parlerai de mon projet et de la fin de mon anonymat photographique... hélas nécessaire (hélas pour moi, hein, parce que toi, tu vas y gagner en identification de l'auteur).

06/05/2011

De mauvais poil...

Je me disais comme ça :

Quand tu travailles chez Gillette...
Le matin où tu te lèves de mauvais poil... arrêt de travail !

(cette vanne est adaptable pour la femelle domestique de l'homme moderne : il suffit de changer "Gillette" par "Veet")
N.B. Ca ne confère pas à la vanne une qualité supérieure.


 

Zik : Garbage - Paranoid

Et demain ? : demain, il faudra que je remette en cause un des piliers fondateurs de ce blog.  

03/05/2011

Il me cherchent... activement

Précieux lecteur cher à mon cœur, comptable lecteuse à la hanche poissonneuse,

 

Dans cette note : t’as qu’à lire.
Mais sache que rien d’essentiel n’est abordé, si ce n’est quelques exaspérations linguistiques légitimes
.
Mais surtout on va arrêter de parler d'Al Qaida, parce que l'exécution de l'autre, l'autre, là... Ouh, ça ma bien saoulé !
(Coup du sombre héros, paf, paf, je me replace pour la Benichoo's cup)

 

Ce matin, j’écoutais la radio.
Oui, on a fait mieux comme entrée en matière : par exemple "je fessais un centriste monogame et unijambiste".
Je sais.
Mais la tension du récit y perd ce que l’exactitude historique y gagne, parce que mon centriste étant en retard pour prendre sa correction -tant pis, il n’aura plus qu’à attendre les prochaines élections-, j’en fus réduit à écouter les programmes du service public.

Je fus assez irrité par deux éléments.

1. Le prix du gaz (ou de l'essence, ou de je-ne-sais-quoi).
La journaliste annonçait que le gaz (ou l’essence, ou je-ne-sais-quoi) allait augmenter de quelques centimes d’euros.
Des centimes d’euros.
Je sais que j’ai déjà écrit là-dessus, mais comme c’est un combat personnel, je le redis.
Elle voulait que ce soient des centimes de quoi, exactement ?
De mètre ? De kilogramme ?

Ou alors...
Ou alors il faudrait que j’explique à mes clients qu’un demi de bière fait 25 centilitres de litre.
Ce qui me prendrait quelques secondes de minute d’heure, temps que j’aurais pu mettre à profit autrement mieux.
Bref : ça m’irrite.

2. Le cas de Xavier Dupont de Ligonnés
Xavier, c’est le gars de Nantes.
Un bon pater familias, qui avait persuadé sa famille qu’il s'était trouvé deux nouvelles passions : le biathlon, d'une part, et les Maçons du Coeur, d'autre part.
La famille aurait pu se renseigner et constater que dans aucun règlement olympique, il n’est question d’organiser une compétition combinant tir au fusil et terrassement... mais il faut croire qu'ils ont été négligents.

2011-05%20Truelle%20Dupont%20de%20Ligonnes.jpg

Amie lectrice, si ton mari part pour son club de tir avec ça dans le sac, fuis.
Ennemie lectrice, dans un cas semblable... fais lui confiance...



De même, quand il leur a dit "venez, on va s’installer tranquillement sous la terrasse", ils ont pensé avoir mal entendu...

Mais là n’est pas la question.
Non, ce qui m’a étonné, c’est quand j’ai entendu la journaliste dire que "la police recherche activement le suspect".

Avec mon esprit logico-déductif, j’en suis arrivé à la conclusion que les autres suspects, notre police nationale les recherche passivement.

- Vas-y José, reverse-moi un pastis, c’est pour une enquête importante, qui demande la plus grande passivité de notre part. Si je mets plus d’une demi-heure à le boire, on me fera passer une heure sup’, je n’abandonnerai pas si près du but…"

Sans doute une nouvelle méthode de l’école de formation des officiers : "dans le cadre d’affaires médiatisées, on n’hésite pas, on met le paquet, on sort l’artillerie lourde : on passe en "recherche active". Pour les autres dossiers, le mode passif s’impose, sans quoi on n’a pas le temps de finir l’apéro."

Tant de conscience professionnelle... entrer dans la police n’est plus une vocation, c’est un véritable sacerdoce.

 

2011-05%20Police%20recherche%20active.jpg



Humeur du jour : pwintanièwe, fwèwe.
Zik : Jovanotti - L'ombelico Del Mondo
Conclusion : Jah Love actif ou passif, c'est toujours du Jah Love, non ?

Et demain ? : demain sera le mois prochain, à ce rythme-là... (mais je vais essayer de faire mieux, je te le promets)

10/04/2011

Lefebvre du samedi soir*

* celle-là n'est pas de moi, je l'ai lue dans le Canard Enchaîné et depuis, je pleure du sang, de frustration de n'y avoir pas pensé. Mais bon, comme l'objet de cette note est de citer les autres, hein...

 

Precieux lecteur cher à mon cœur, abandonnée lecteuse qui se morfond comme une tubéreuse,

 

Dans cette note : rien de vraiment structuré, mais le plaisir d’être de retour est à ce prix (et aussi le temps à tuer dans l’avion, soyons honnête). Et aussi : une invitation (atta, atta, t'emballe pas) à participer au 2011 Benichoo's contest

 

On devrait toujours se méfier des journalistes.

C’est quoi, un journaliste, finalement ?
C’est rien qu’un être retors, fourbe et veule qui n’a pas réussi à faire des études de garagiste, d’assureur ou d’huissier, professions qui permettent le mieux d’exploiter les traits de caractère ci-dessus mentionnées.

Ainsi, et puisqu’on n’est jamais mieux trahi que par les siens, il convient de revenir sur la bourde de Frédéric Lefebvre.

C’était à un salon littéraire, et Frédo-la-culture avait sorti le grand jeu : il sait depuis les prestations télévisées de Jean-de-l’EPAD que pour avoir l’air de savoir lire (i.e. lire autre chose que la Breitling XXL qui allonge le bras gauche), il convient de porter des lunettes.

Fred Lefebvre était donc sur son trente-et-un, et muni des binocles réglementaires.
Fort de l’avoir constaté, un journaliste du Figaro qui passait par hasard à qui on avait vanté la présence du libre penseur Eric Zemmour dans le salon littéraire, interrogea Frédéric Lefebvre, avec cette question piège : "quel est votre livre préféré ?".

Aparté : je sais que la phrase précédente contient des répétitions, mais avoue que réussir à placer, dans un seul et même élan, "Figaro", "journaliste", "littéraire" et "Frédéric Lefebvre" relève de la gageure. C’est pourquoi je ne me suis pas privé.
Fin de l'aparté.

Or donc, à la question "quel est votre livre préféré ?", on s’attendait à ce que l’interrogé réponde :
- avec réalisme : Bagnole de sport Hebdo (après tout, il n’a jamais été question de le nommer ministre de la culture…)(encore que... je ne saurais que te renvoyer à la célèbre citation d’Audiard, via Fernand Naudin, sur l’audace et le niveau intellectuel)
- avec un gaullisme patriotique quoiqu’un peu forcé : Les mémoires de Mongénéral ;
-  avec franchise (un peu naïve, mais néanmoins désarmante, il est comme ça, notre Frédéric) : Pikou va à l’école...  il vient de terminer Pikou cuisine un aïoli maison que lui avait prêté Christian Estrosi, un drame d’une intensité peu commune qui lui a donné envie de continuer la série pour explorer toutes les facette de cette personnalité fascinante que constitue Pikou ;
- avec un soupçon de forfanterie politique : Bien au milieu, le glaçon, l'ébauche de programme de Jean-Louis Borloo (Jean-Louis travaille actuellement le deuxième volet de son programme : Pas trop d'eau, tu vas le noyer)

Oui, mais voilà : on était en ouikène, et Lefebvre du samedi soir (merci le Canard pour celle-là, je me relève la nuit de frustration de ne pas l’avoir trouvée) a crânement répondu
- Zadig et Voltaire.

Il a même cru bon ajouter que c’était une véritable leçon de vie, et blah blah et blah blah.

2011-04-09%20Pulp%20Lefebvre.jpg
Fredéric en train de lire un livre de Smith&Weston

 

Et voilà que l’Internet électronique se met à bruisser : évidemment !
Tous les gens qui utilisent ce medium savent lire, et, par conséquent, sont majoritairement de gauche.

Et l’Internet de se moquer comme un seul homme sur les prétendues lectures de Fred :

- Auchan en emporte le vent
- toute l’œuvre de Victor Hugo Boss
- Extension du domaine de la Matmut
- Le monde selon Gap

L’auteur tenant à ajouter sa pierre au dentrifice, il a trouvé :
- La dame aux Camelia Jordana (mais on m’a dit qu’elle avait déjà été faite)

- Hugo et Maupassant, dits H&M
- Ainsi parlait Zara… tout court

 

Et celle dont je suis content (quand même) :
Je suis persuadé que le prochain documentaire que Fredéric Lefebvre va regarder sera
Tolstoï Story 3


Nul doute que les commentaires apporteront des compléments intéressants.

 

Enfin, pour conclure cette chronique littéraire : quelqu’un (je ne sais plus qui, mettons la mollesse cérébrale sur le compte de la pneumonie qui me mine depuis quasiment un mois) m’a offert "Le mec de la tombe d’à côté" de Katarina Mazetti, qui, en dépit d’un nom italien, est suédoise.
Ca tombait bien, je venais de finir Zadig et Voltaire
Je n’aurai qu’un conseil : achète-le.
Et si tu ne l’achètes pas : vole-le.
Ou emprunte-le à la bibliothèque. C’est original tant dans la structure que dans les protagonistes.
J’ai A-DO-RE.
Gros, gros merci à toi qui m’as fait ce cadeau (quand je saurai qui, je me taperai le front en disant "mais c’est bien sûr" à la manière du commissaire Borel, mais là, non).

 

Je te laisse, faut que je vais me baigner, j'ai pas que ça à faire, qu'est-ce que tu crois ?

 

2011-04%20lever%20soleil%20Sainte%20Anne.JPG

Je ne suis pas chien : je t'offre le lever de soleil à Sainte Anne, Guadeloupie


Humeur du jour : rendez-vous à la plage à 14h... n'importe quoi ! C'est un coup à attraper un coup de soleil, ça...
Zik : de la musique pays, bien évidemment. T-Vice - Epi'm Pa Bon
Conclusion : à une époque, Lefebvre était Lefebvre-Utile... ben ça a changé. Tandis que Jah Love, lui, est toujours utile. Eh, ouais, compagnon !

Et demain ? : demain, moins de baignades, plus de démarches funéraires.

28/03/2011

Where is Brian ?

My Taylor is rich dead. 

 

Liz%20Taylor%20et%20Mickael%20Jackson.jpg

Michael et Liz arrivant au
GRAN GALAT DES INCULTE
une manifestation organisée par les fans français du chanteur

 

Je te laisse, chou, j'ai mon pneumologue qui m'attend.